Qualité de l’eau

 

 

 

Impacts sur la qualité de l’eau et sur les réserves d’eau

 

 

 

Les problèmes de surconsommation d’eau et autres impacts sur l’eau au Canada: Étude du Munk Center for International Studies de l’Université de Toronto

Parfitt, Ben (2010). FRACTURE LINES: Will Canada’s Water be Protected in the Rush to Develop Shale Gas?, For the Program on Water Issues, Munk School of Global Affairs at the University of Toronto, 15 septembre 2010, 58 p. Consulté le 12 janvier 2011.

Article présentant l’étude du Munk Center for International Studies de l’Université de Toronto: Francoeur, Louis-Gilles (2010). Gaz de schiste – Les réserves d’eau seraient menacées, Le Devoir, 15 octobre 2010. Consulté le 12 janvier 2011.

 

Les produits chimiques utilisés pour la fracturation hydraulique :

Nadeau, Jessica (2010). Gaz de schiste — Un cocktail chimique dangereux, Rue Frontenac, 15 septembre 2010. Consulté le 12 janvier 2011.

Les professeurs Alfred Jaouich (département des sciences de la terre et de l’atmosphère de l’UQAM) et Claude Viau (chimiste et professeur au département de santé environnementale de l’Université de Montréal) s’expriment sur les produits chimiques utilisés pour la fracturation hydraulique.

 

L’impact des produits chimiques sur l’eau potable :

Berkowitz, Michael (2009). Toxic Chemicals on Tap. How Natural Gas Drilling Threatens Drinking Water, Environment America research and policy center, November, 2009, 13 p. Consulté le 31 janvier 2011.

 

Présence de radioactivité dans des eaux usées :

Lustgarten, Abrahm (2009). ProPublica, Natural Gas Drilling Produces Radioactive Wastewater, Scientific American, 9 novembre 2009. Consulté le 31 janvier 2011.

« Wastewater from natural gas drilling in New York State is radioactive, as high as 267 times the limit safe for discharge into the environment and thousands of times the limit safe for people to drink. »

 

L’Institut C.D. Howe ajoute sa voix à celle des experts qui estiment que l’exploitation du gaz de schiste pose un risque potentiel pour l’eau souterraine :

CÔTÉ, Charles, Gaz de schiste: l’eau d’abord, le gaz ensuite, La Presse, 11 février 2011. Consulté le 20 février 2011.

« Selon James Bruce, qui a produit un mémoire pour l’Institut C.D. Howe, il faut bien analyser les impacts de la fracturation hydraulique sur les eaux souterraines avant d’aller de l’avant avec l’exploitation du gaz de schiste. »

« M. Bruce est membre du comité d’experts sur les eaux souterraines du Conseil des académies canadiennes. Il a travaillé pour Environnement Canada et l’Organisation météorologique internationale. »

 

Les vieux forages effectués pour la recherche de pétrole et de gaz qui ont été abandonnés peuvent fournir des voies privilégiées vers la surface pour certains contaminants:

Kusnetz, Nicholas. Deteriorating Oil and Gas Wells Threaten Drinking Water Across the Country. Scientific American, 4 avril 2011. Consulté le 10 avril 2011.

« “The fact that there are thousands of these out there that need to be addressed, it’s a problem, and it’s a problem common to all states” with a history of drilling, said Bradley Field, who heads New York’s Division of Mineral Resources. »

 

Rapport de la Chambre des Représentants des États-Unis: le comité sur l’énergie et le commerce dévoile 29 produits chimiques utilisés qui représentent des risques

États-Unis. Chambre des représentants. 2011. Chemicals used in hydraulic fracturing. En ligne. Comité sur l’énergie et le commerce. 12p. Consulté le 20 avril 2011.

 

Recommandations pour la fracturation hydraulique et l’extraction des gaz de shale

Jackson, B. Robert et al. 2011. Research and Policy Recommendations for Hydraulic Fracturing and Shale Gas Extraction. Center on Global Change, Division of Earth and Ocean Sciences, Nicholas School of the Environment, Biology Department, Nicholas Institute for Environmental Policy Solutions, Duke University, Durham. En ligne. Consulté le 11 mai 2011.

« Based on groundwater analyses of 60 private water wells in the region, methane concentrations were found to be 17 times higher on average in areas with active drilling and extraction than in non active areas, with some drinking water wells having concentrations of methane well above the “immediate action” hazard level. Average and maximum methane concentrations were higher in shallow water wells within approximately 3,000 feet (1000 meters) of active shale gas wells. »(p.4)

« Based on the results of Osborn and colleagues and the additional background provided here, we believe that horizontal drilling, hydraulic fracturing, and shale gas extraction in general would benefit from 1) better coordinated, and sustained scientific study; 2) a review of the potential health consequences of methane and other hydrocarbons in drinking water; 3) industry driven approaches to develop safer and more consistent extraction technologies, and 4) consideration of stronger state or federal regulation. »(p.10)

 

Contamination au méthane de l’eau potable qui accompagne le forage et la fracturation de puits gazier

Osborn, G. Stephen. 2011. Methane contamination of drinking water accompanying gas-well drilling and hydraulic fracturing. Proceeding of the National Academy of Sciences. Early edition. En ligne. Consulté le 11 mai 2011.

Osborn, G. Stephen. 2011. Supporting information. Proceeding of the National Academy of Sciences. Early edition. En ligne. Consulté le 11 mai 2011.

« En mai dernier, des chercheurs de l’Université Duke, en Caroline du Nord, ont publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences les résultats de leurs travaux portant sur l’impact de l’exploitation des gaz de schiste sur les réserves d’eau potable souterraines. Dans leur étude intitulée « Methane contamination of drinking water accompanying gas-well drilling and hydraulic fracturing », Osborn et coll. (2011) ont démontré que le risque de contamination des aquifères par le gaz naturel est accru dans les milieux situés à proximité des puits d’extraction en exploitation. » (résumé de l’Institut National de Santé Publique québécoisFig.3 illustrant les concentrations de méthane en fonction de la distance du puit le plus près.

 

Une étude sur la toxicité de la fracturation

GLG Expert Contributor, 2011 (19 juin). Toxicity and Fracking (Hydraulic Fracturing) II GLG Research. Consulté le 28 juin 2011.

 

Le rapport du groupe Food and Water Watch signale que l’eau de New York est à risque

STIEBER, Zack. 2011 (13 juin). NY’s Water at Risk from Fracking, Says Report. The Epoch Times. Consulté le 28 juin 2011.

Recommendations du rapport:

1- Interdiction de la fracturation pour le gaz de schiste aux États-Unis.

2- Empêcher les exemptions de soumission à la règlementation sur l’air et l’eau pour les opérations de fracturation.

3- Investir agressivement dans l’efficacité énergétique et les sources d’énergies renouvelables qui permettront un avenir énergétique soutenable pour le pays.

Présentation du rapport sur le site officiel

Rapport complet du Food and Water Watch

 

Etude sur les gaz de schiste : des impacts environnementaux et sanitaires avérés, une nouvelle législation européenne à construire

Bélier, Sandrine. 2011 (8 juillet). Etude sur les gaz de schiste : des impacts environnementaux et sanitaires avérés, une nouvelle législation européenne à construire. Europe Écologie Les Verts. En ligne. Consulté le 10 juillet 2011.

Le Département politique du Parlement européen vient de publier une étude sur les impacts de la fracturation hydraulique sur l’environnement et la santé publique. Comme on s’y attendait, le constat est accablant : l’extraction de gaz de schiste a bel et bien des impacts sur l’environnement et la santé humaine. Le rapport conclut en recommandant d’adopter des mesures législatives globales au niveau européen.

 

Pour consulter l’étude intégrale du parlement européen: Impacts of Shale Gas and Shale Oil Extraction on the Environment and on Human Health

 

Étude d’une chercheure du service de la forêt (É-U) sur un déversement de 280 000 litres de liquide de fracturation 

Gilliland, Donald. 2011 (9 juillet). Fracking water test leaves salty aftertaste. The Patriot-News. En ligne. Consulté le 10 juillet 2011.

 

« Mary Beth Adams, a U.S. Forest Service researcher, studied what happened when 75,000 gallons of fracking fluids legally released from a non-Marcellus well were spread on the ground in a quarter-acre section of the Fernow Experimental Forest in West Virginia.
Within two days, all ground plants were dead.
Within 10 days, leaves of trees began to turn brown.
Within two years, more than half of the approximately 150 trees were dead. »

 

Cas d’eau contaminée par un puit fracturé documenté par l’EPA (É-U) en 1987

Urbina, Ian. 2011 (3 août). A Tainted Water Well, and Concern There May Be More. The New York Times. En ligne. Consulté le 5 août 2011.

« Researchers, however, were unable to investigate many suspected cases because their details were sealed from the public when energy companies settled lawsuits with landowners. Current and former E.P.A. officials say this practice continues to prevent them from fully assessing the risks of certain types of gas drilling. »

 

Lien vers le rapport au Congrès de l’étude de l’EPA de 1987

EPA. 1987. Management Of Wastes From The Exploration Development And Production Of Crude Oil Natural Gas And Geothermal Energy. Report To Congress. Office of solid waste and emergency response, Washington, DC.

 

8 Rapports d’experts déposés aux audiences administratives de la commission consolidée sur les puits du bassin versant de la rivière Delaware.

 

Érosion et sédiments

1. Michele C. Adams, 2010. Adams-Report_R1.pdf Consulté le 4 octobre 2011.

Risques de contamination chimique et biologique 2. Ronald E. Bishop, 2010. Bishop-Report_R1.pdf Consulté le 4 octobre 2011.

Eau souterraine 3. Peter M. Demicco, 2010. Demicco-Report_R1.pdf  Consulté le 4 octobre 2011.

Conformité des puits 4. Susan L. Harvey, 2010. Harvey-Report_R1.pdf   Consulté le 4 octobre 2011.

Risques de contamination chimique 5. Glenn C. Miller, 2010. Miller-Report_R1.pdf  Consulté le 4 octobre 2011.

Impacts environnementaux 6. Emmet M. Owens, 2010. Owens-Report_R1.pdf  Consulté le 4 octobre 2011.

Vieillissement des puits, failles naturelles et activité sismique 7. Paul A. Rubin, 2010. Rubin-Report_R1.pdf  Consulté le 4 octobre 2011.

Santé publique 8. Daniel T. Teitelbaum, 2010. Teitelbaum-Report_R1.pdf  Consulté le 4 octobre 2011.

 

 

Gaz de schiste – coupable de tuer des poissons?

Soraghan, Mike. 2011 (12 octobre) In Fish-Kill Mystery, EPA Scientist Points at Shale Drilling. New York Times. En ligne. Consulté le 8 novembre 2011.

Traduction libre (en français) disponible sur le carnet Les Ami(e)s du Richelieu.

« Ce que les scientifiques peuvent dire avec certitude sur l’hécatombe de poissons est qu’une augmentation rapide de TDS, total de solides dissous, a été un facteur qui a joué en préparant des conditions favorables à une floraison d’algues toxiques. Ce qu’ils ne pourraient pas dire avec certitude, c’est ce qui aurait provoqué cette augmentation de TDS. Elle aurait pu être causée par le ruissellement des mines de charbon et les saumures des opérations de forage dans le Marcellus, les 2 à la fois. »

 

En Alberta, ce ne sont pas les médecins ni les toxicologues mais les géologues de l’industrie qui déterminent si l’eau est « sécuritaire » pour la santé.

Linnitt, Carol. 2011 (15 novembre). Gas Industry Geologists – Not Doctors – Decide If Water Is “Safe” in Alberta Fracking Contamination Cases. Billet posté sur DeSmogBlog.com En ligne. Consulté le 23 novembre 2011.

 

Robert Jackson, auteur d’une étude sur le gaz de schiste discute des fuites de métanes dans l’eau

Radio-Canada. 2011 (9 mai). Entrevue web exclusive de Robert Jackson, auteur d’une étude sur le gaz de schiste. En ligne. Consulté le 23 novembre 2011.

 

Le Professeur Jackson affirme que les pics de méthanes sont observés près des activités de forage

Junkins, Casey. 2011 (19 novembre). Professor: Methane Spike Seen Near Drilling Activity. TheIntelligencer.net En ligne. Consulté le 23 novembre 2011.

 

La contamination provoquée par fracturation hydraulique va empirer

Nikiforuk, Andrew. 2011 (19 décembre). Fracking Contamination ‘Will Get Worse’: Alberta Expert. TheTyee.ca En ligne. Consulté le 21 décembre 2011.

 

L’EPA reconnaît le lien entre la fracturation et la pollution de puits dans le Wyoming

Public radio International. 2011 (12 décembre). EPA acknowledges link between fracking, well pollution in Wyoming. Pri.org En ligne. Consulté le 21 décembre 2011.

 

Évaluation des risques chimiques et biologiques de l’extraction gazière dans l’état de New York

Bishop, E. Ronald. 2011 (5 avril 2011). Chemical and Biological Risk Assessment for Natural Gas Extraction in New York. Fractracker Consulté le 17 janvier 2012.

 

Évaluation du cycle complet des combustibles, des émissions de gaz et des impacts sur l’eau: le cas du gaz naturel dans le secteur du transport

Pont, Jennifer. 2007. Full Fuel Cycle Assessment: Well to Wheels Energy Inputs, Emissions and Water Impacts. Alternative Transportation Fuels Plan Proceeding, California Energy Commission. Revised 8/1/2007 CEC-600-2007-004-REV

 

Entrevue radio de Lucie Sauvé sur les émanations de gaz provenant de puits de gaz

Maisonneuve, P. Entrevue radio sur la question du gaz de schiste. Maisonneuve en direct, Radio-Canada, 5 janvier 2011. En ligne. Consulté le 28 février 2011.

Les 10 composés les plus effrayants utilisés pour la fracturation hydraulique

Kelley, Michael. 2012 (16 mars). The 10 Scariest Chemicals Used In Hydraulic Fracking. Business Insider. En ligne. Consulté le 23 mars 2012.

 

Des chercheurs au Nouveau-Brunswick soulèvent les enjeux de la fracturation hydraulique

Bissett, Kevin. 2012 (23 avril). New Brunswick researchers raise concerns about shale-gas fracking. The Globe and Mail. En ligne. Consulté le 1er mai 2012.

Lien pour le texte d’opinion.

 

Étude du U.S. Geological Survey et de l’EPA soulève les enjeux liés au rejets de l’exploitation gazière qui menacent la vie aquatique

Tait, Carrie, 2012 (14 juin). U.S. study raises warnings about oil and gas production. The Globe and Mail. En ligne. Consulté le 20 juin 2012.

Étude du U.S Geological Survey et de l’EPA:

Farag, Aïda M. et Harper David. 2012. The Potential Effects of Sodium Bicarbonate, a Major Constituent of Produced Waters from Coalbed Natural Gas Production, on Aquatic Life. U.S. Geological Survey, Scientific Investigations Report 2012–5008, 101 p.

 

Une étude de l’Université de Duke (É-U) souligne les risques de contamination de l’eau de surface à l’aide des signatures de saumures profondes

Vergano, Dan. 2012 (9 juillet). Study: Deep brine linked to groundwater. USA Today. En ligne. Consulté le 11 juillet 2012.

Lien pour l’article:

Warner, N.R. et coll., 2012. Geochemical evidence for possible natural migration of Marcellus Formation brine to shallow aquifers in Pennsylvania. Proceedings of the National Academy of Sciences. En ligne. [Consulté juillet 11, 2012].

 

Un analyste de l’Université Stony Brook affirme que la fracturation hydraulique pose d’importants risques pour l’eau

PRNewswire, 2012 (6 août). Hydraulic Fracturing Poses Substantial Water Pollution Risks, Analysts Say. Yahoo News. En ligne. Consulté le 7 août 2012.

 

 

Source : http://collectif-scientifique-gaz-de-schiste.com/

Publié le 26 juin 2012

Independent study finds significant fault line methane leaks near PA natural gas operations

A water and methane geyser, bubbling water, and mud volcanoes have Pennsylvania shale-field residents scared and demanding answers.  A number of dramatic methane emissions were reported to have begun in Leroy Township, Bradford County on May 19, 2012. Initial reports from residents suggested that there may have been a substantial loss of control of natural gas from one or more of the shale gas wells in the area. The Pennsylvania Department of Environmental Protection (PA DEP) detected methane in nearby residents’ water wells, about one half mile from the Chesapeake-owned Morse well pad. Last week, there was a large methane and water geyser reported near one of Shell’s wells in Tioga County.
While PA DEP and Chesapeake monitored the Bradford County site, they have not yet released this data to the public. Area residents demanded third-party independent testing be performed. In response to residents’ requests, Clean Air Council, a PA clean air group, commissioned Gas Safety Inc. to monitor for potential methane leakages associated with the gas bubbling in Leroy Township.
“We’re concerned about the possibility that fracking is causing increased methane leakage from  that natural fault lines that previously emitted methane in much smaller amounts,” Clean Air Council Executive Director Joseph Otis Minott said.
While studies have estimated the amount of methane that is leaked or vented from natural gas equipment, Gas Safety claims that there is little to no data on how much is being emitted every day through naturally occurring fault lines that may have been altered by fracking.
“Two methane plumes were detected,” said Dr. Bryce Payne, environmental scientist and author of the report. “One larger plume substantially increased in size over a few hours, which suggests large amounts of methane were being emitted into the air. A smaller plume was also detected about 2 miles west of the larger one. The data and observations suggest natural gas has spread through an extensive underground area beyond where the plumes were found.”
“The International Energy Agency recently recommended in their Golden Rules for a Golden Age of Gas Report that drilling companies need to carefully survey the geology of the region to avoid fault lines,” said Payne. “With the already-fractured geology of Pennsylvania and parts of New York, our methane measurements demonstrate that this may prove impossible to do.”
“There are some places that you just shouldn’t drill. Scientists must continue collecting data to answer whether or not the Marcellus Shale can be responsibly drilled or even meet minimal compliance with the EIA’s recommendations.”
While no isotopic testing has confirmed the methane source, the report points out that the sustained and elevated levels of methane were indicative of a fugitive source of upwind methane. The report also states that bubbling gas in Towanda Creek was consistent with how fugitive gas from shale wells would travel through faults, fractures, and groundwater aquifers. Researchers also found extremely high methane levels on the banks of the Towanda Creek and nearby residential water wells that were heavily contaminated with methane.
The results from this monitoring effort may shed light on the broader debate about the natural gas industry’s potential impact on climate change and even potential regional impacts on public health.
“Area residents and the Council are concerned about the potential health impacts from ground-level ozone, which is created when large quantities of methane mix in the air with other pollutants. Methane is also 21 times more potent a greenhouse gas than carbon dioxide, and the natural gas industry is the largest human-made source of global emissions. This could have a very fast and powerful impact on warming our planet,” Clean Air Council Outreach Coordinator Matt Walker said.
The Gas Safety report stated that the methane levels found in residents’ water were high enough to pose asphyxiation hazards if the water was used for showering or other high water uses in close quarters. Residents reported experiencing symptoms associated with asphyxiation.
Sherry Vargson, a Granville Summit resident, said “It makes me anxious because I don’t believe most of us know how to handle air issues. It’s not like you can put a filter on the air you breathe outside. Considering it’s a hazard, we should be made aware of what precautions we should take. I’d love to hear an answer.”
The Council shared the sampling data with the north-central regional offices of PA DEP, as well as PA DEP Secretary Michael Krancer, the Environmental Protection Agency, Region 3, and the Agency for Toxic Substances and Disease Registry, Region 3.
Gas Safety used a portable instrument called a Cavity Ring-Down Spectrometry for sampling methane. The device generates a high quantity of highly reliable methane measurements on a continuous basis.
###

The Clean Air Council is a member- supported, non-profit environmental organization dedicated to protecting everyone’s right to breathe clean air. The Council is headquartered in Philadelphia and works through public education, community advocacy, and government oversight to ensure enforcement of environmental laws. For more information, please visit www.cleanair.org.

Découverte d’eau souterraine contaminée par le gaz de schiste

Publié le 24 décembre 2011 à 00h00 | Mis à jour le 24 décembre 2011 à 14h57

 

Karlis Muehlenbachs, un spécialiste de la  signature... (Photo: Archives Le Soleil)

Agrandir

Karlis Muehlenbachs, un spécialiste de la signature chimique du gaz, croit que les problèmes de fuites vont continuer d’affecter l’industrie du gaz de schiste.

 

PHOTO: ARCHIVES LE SOLEIL

Charles Côté
La Presse

Un cas de contamination de l’eau souterraine qui pourrait être due à un puits de gaz de schiste – ce serait une première au Québec – a été recensé.

C’est une des hypothèses qu’avance un expert albertain à qui une entreprise, qui a foré un puits au Québec, a remis trois échantillons pour analyse.

Un échantillon provenait d’un puits dans le gisement québécois d’Utica, un autre, du gaz recueilli dans l’évent de surface du même puits et un troisième, du gaz provenant de la nappe phréatique à proximité.

Cet expert, Karlis Muehlenbachs, de la faculté des sciences de la Terre et de l’atmosphère à l’Université d’Edmonton, est un spécialiste de la signature chimique du gaz.

 

Trois explications

 

«Le gaz dans l’eau est très similaire au gaz de production, affirme M. Muehlenbachs en entrevue avec La Presse. Vous avez du gaz de schiste de l’Utica dans l’eau. Je ne sais pas comment il s’est rendu là, mais il y est.»

M. Muehlenbachs voit trois explications possibles. Ou le gaz s’est trouvé un chemin par une faille naturelle après la fracturation du puits, ou il est remonté le long du tubage du puits à cause d’une mauvaise cimentation, ou il s’y trouvait peut-être déjà naturellement.

Il a présenté ses résultats à Washington le mois dernier, lors d’un colloque sur les enjeux environnementaux de l’exploitation du gaz de schiste.

Il refuse d’indiquer quelle entreprise lui a fourni les échantillons et où se trouve le puits. L’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) n’a pas voulu commenter le rapport de M. Muehlenbachs ni donner des indications permettant de déterminer quel puits.

 

Information pertinente

 

De son côté, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) dit avoir reçu certaines analyses isotopiques d’entreprises gazières, mais aucune ne comportait d’échantillon provenant de l’eau souterraine.

L’analyse de M. Muehlenbachs a circulé au cours des dernières semaines au MDDEP, qui juge l’information pertinente, mais incomplète.

«On peut présumer que le gaz est là parce qu’on a foré le puits, mais on ne peut pas le prouver, dit Charles Lamontagne, hydrogéologue au MDDEP. On n’a pas les données de départ sur la signature isotopique du gaz déjà présent dans l’eau souterraine au Québec qui permettraient de l’affirmer.»

M. Lamontagne croit qu’il serait bon que le comité de l’Évaluation environnementale stratégique sur les gaz de schiste ordonne une telle étude. «C’est une des suggestions qu’on pourrait faire», dit-il.

Il ne juge pas inquiétantes les analyses de M. Muehlenbachs, en l’absence d’indications sur la quantité de gaz dans l’eau. Il affirme que le MDDEP n’a pas observé de cas de migration de gaz dans l’eau souterraine malgré 200 inspections.

 

Les fuites, un problème répandu

 

En entrevue avec La Presse, M. Muehlenbachs dit qu’il croit que les problèmes de fuites vont continuer d’affecter l’industrie du gaz de schiste.

Il cite des chiffres de la société Schlumberger, un géant dans le secteur des services aux producteurs de gaz et de pétrole, qui confirment que les puits vieillissent mal. Une étude de 15 000 puits dans le golfe du Mexique montre qu’après 15 années, environ la moitié d’entre eux fuient. «Il y a une corrélation évidente avec l’âge, dit-il. Les puits plus vieux fuient plus.»

Et il croit que ce sera pire pour les puits de gaz de schiste, à cause des pressions extrêmes qu’ils doivent subir au cours de la fracturation hydraulique.

C’est ce procédé d’injection d’eau, de sable et de produits chimiques qui fait fendre le schiste et qui libère le gaz. Ce procédé n’est pas nécessaire pour le gaz traditionnel, qui se trouve dans des poches de roche déjà poreuse.

«Si vous ajoutez de la fracturation à haute pression, c’est désastreux, dit-il. L’acier du tubage est flexible. Le ciment qu’on coule autour est dur. Alors il craque.»

Les observations de M. Muehlenbachs confirment les craintes et les prédictions de Marc Durand, l’ingénieur en géologie appliquée qui scrute l’industrie depuis le printemps dernier.

«Si on a du gaz dans l’eau souterraine qui est similaire à celui du gisement Utica, c’est une première indication que la fracturation hydraulique ouvre des voies ailleurs que dans le puits, par des fractures naturelles, dit-il. Par ailleurs, il est d’accord avec moi pour dire que les puits de gaz de schiste vont être plus préoccupants que les puits conventionnels.»

 

http://www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/gaz-de-schiste/201112/23/01-4480758-decouverte-deau-souterraine-contaminee-par-le-gaz-de-schiste.php

 

 

 9dec 2009 : L’Agence américaine de la protection de l’environnement a pour la première fois établi un lien entre les activités d’extraction de gaz de schiste et la contamination de l’eau potable. Des composants…

 

L’EPA (Agence de Protection Environnementale Américaine) relâche un premier Draft Study Result (résultat d’étude préliminaire) qui fait un lien entre la fraturation hydraulique et la pollution des nappes phréatiques dans la région de Pavillon, Wyoming.

La fracturation hydraulique représenterait un danger pour les eaux souterraines selon un rapport préliminaire de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Cette méthode injecte à haute pression des fluides dans le sol afin de fracturer les roches et d’en extraire du gaz naturel .

Les chercheurs de l’EPA ont découvert des produits synthétiques associés à l’hydrofracturation dans les eaux souterraines de Pavillion, au Wyoming, un petit village dont les résidents se plaignent de mauvaises odeurs qui émanent de leurs puits.

Les scientifiques ont retrouvé parmi ces produits chimiques des concentrations de benzène qui dépassent les normes du Safe Drinking Water Act, le règlement portant sur la pollution des eaux potables aux États-Unis.

L’Agence américaine a depuis recommandé à ses résidents de ne pas boire l’eau du robinet ou de s’en servir pour faire la cuisine.

La fracturation hydraulique est présentement utilisée à grande échelle en Alberta et dans le nord de la Colombie-Britannique. Le Québec a imposé un moratoire sur son utilisation, sauf pour les fins de l’évaluation environnementale stratégique dans la foulée du dépôt du rapport du Bureau d’audiences publique sur l’environnement (BAPE) sur l’industrie du gaz de schiste, en février dernier.

L’annonce de l’EPA a des implications importantes aux États-Unis et au Canada qui autorisent de plus en plus fréquemment la fracturation hydraulique, dont les moyens et les conséquences sont critiqués par plusieurs organismes environnementaux.

Une étude du Centre canadien de politiques alternatives soutient que l’hydrofracturation dans le Nord de la Colombie-Britannique serait une aussi grande menace pour les cours d’eau que celle représentée par les sables bitumineux en Alberta

Contaminations de l’eau

-La plus grande frack job du monde, en Colombie Britannique.-Un répertoire des accidents de spoliation d’eau aux USA Fractured communauties, par le groupe Riverkeeper de New- York-Un commentaire d’un toxicologue sur les risques de pollution de l’eau qui ne sont pas exposées dans le premier rapport déposé à New-York (Draft supplemental report de septembre 2009)-Un rapport tabletté sur la migration des fluides et de l’eau de fracturation du département de protection environnementale de Pensylvanie-Un article du The Times Tribune, sur les impacts environnementaux en Pensylvanie.-Toute la série des Riverkeeper’s gaz drilling reporters et tous leurs documents en fin de compte.-En Alberta l’eau s’enflamme, un article du coopérateur.-Drilling around the Law, par le Environnemental Group.- Cas de contamination de l’eau au Wyoming attribué par l’Epa à l’industrie.-HYDROLIC FRACTURING, MYTHS AND FACTS par Earthworks.-Impacts sur la qualité de l’eau qui ne sont pas définis dans le document de New-York, DSGEIS de septembre 2009.-Lettre du Oil and Gaz accountability project sur la toxicité des produits chimiques employés par l’industrie de la fracturation.-Quantité de matières chimiques injectées au Colorado.-Déversements de produits chimiques au Colorado.- Un article sur la contamination de l’eau et de l’air et le développement durable, par Andrée Mathieu-The endocrine disruption exchange, sur l’analyse des substances chimiques utilisées dans le fractionnement.- Un commentaire Environmental Dangers of Hydro-Fracturing the Marcellus Shale par Robert Myers.-Usage de l’eau requise pour la production dans le Marcellus Shale : Water Resources and Use for Hydraulic Fracturing in the Marcellus Shale Region.- Commentaire de Mary Krueger,Forest Policy Analyst The Wilderness Society before the
Environmental Protection Agency Science Advisory Board Committee Meeting regarding
Hydraulic Fracturing and Drinking Water Resources April 7, 2010. Article mettant en lumière la présence karst dans les formations géologiques des shales de marcellus.-Étude de Ken Parfit, FRACTURE LINES: Will Canada’s Water be Protected in the Rush to Develop Shale Gas? For the Program on Water Issues Munk School of Global Affairs at the University of Toronto.

-Article de Louis-Gilles Francoeur sur l’article cité ci- haut.

-Conférences d’un expert en fracturation, Anthony Ingraffea, sur les impacts de l’industrie de la fracturation et le calcul des effets globaux de l’industrie de fracturation.

-Un guide pratique de la contamination de l’eau et comment se prémunir contre l’industrie.

-Contamination de l’eau au stade de l’exploration - étude américaine.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>